dimanche 13 juillet 2014

FILLE ET COMPAGNE DE PROS DU SPORT, ANGELA RYPIEN VEUT FAIRE SA MARQUE AU MILIEU D'EUX.


La vie de la footballeuse Angela Rypien est tout sauf banale.  Fille de l'ancien quart-arrière étoile des Redskins de Washington, Mark Rypien, qui a mérité le titre de joueur le plus utile à son équipe quand cette dernière a remporté les grands honneurs du championnat du football américain (Super Bowl XXVI) en 1992, cette superbe et grande jeune femme de 24 ans (mesurant six pieds ou 1,85 mètres) a visiblement hérité des qualités athlétiques de son père et de sa mère, Annette, qui a déjà été une cheerleader professionnelle pour ce club de la Ligue Nationale de Football (NFL) établi dans la capitale des USA.  À l'âge de dix ans, lorsqu'elle l'accompagnait à l'entraînement avec ses coéquipiers des Colts d'Indianapolis, Mark Rypien était loin de se douter que son adorable et espiègle petite fille allait plus tard suivre ses traces et devenir un quart-arrière au football !  En ce temps-là, en 2001, c'était tout simplement impensable !  Le football, un sport dur et parfois violent, était réservé aux hommes forts, bâtis comme des armoires à glace !  Quelques années plus tard, cependant, naissait la "Lingerie Football League" (maintenant appelée "Legends Football League", -LFL-) qui allait rendre possible, mais de façon insoupçonnée, inattendue et incroyable, le rêve que Mark Rypien caressait plutôt pour son jeune fils Andrew, qu'il souhaitait voir suivre ses traces sur les terrains de football.


Le sort allait en décider autrement quand l'ancien numéro 11 des Redskins eut l'infinie douleur de perdre ce fils de trois ans, victime d'une tumeur au cerveau.  Pour ce père terriblement affligé, maintenant âgé de 51 ans, c'en était bien fini des centaines de rêves qu'il avait faits pour son rejeton.  Bien que cette perte cruelle le laissera à jamais inconsolable, Mark Rypien aura au moins vu ses deux filles réussir à percer dans le monde du football, Angela à titre de quart-arrière du Charm de Baltimore dans la LFL, et Amber au poste de secrétaire et assistante (en charge du livre de jeux) du réputé entraîneur Nick Saban à l'université de l'Alabama.  Quand son fils est né, Rypien l'imaginait déjà en train de bousculer des gens et de faire sa marque dans le monde du sport.  «Mais ce sont finalement mes filles qui l'ont fait.  C'est fou !», ajoute Mark, surpris et heureux de la tournure des événements.  Bien entendu, Angela ne joue pas tout à fait dans une ligue professionnelle de football.  D'ailleurs, beaucoup de gens, notamment des féministes, dénigrent la LFL en déplorant qu'elle offre un produit comparable à un spectacle pour voyeurs, comme ceux qui fréquentent les clubs de danseuses nues ou d'effeuilleuses.  Il faut préciser que les joueuses de la "Legends Football League" évoluent en petites tenues lors des matchs qu'elles disputent dans divers stades aux États-Unis et au Canada.  Histoire de se donner plus de crédibilité et d'essayer de faire taire un peu les critiques, les autorités de la LFL ont apporté récemment des changements aux "uniformes" de leurs footballeuses sexy qui ont ainsi troqué la lingerie fine et les jarretelles pour des bikinis...  On en a aussi profité pour améliorer un peu la protection fournie par les équipements des joueuses (surtout aux niveaux des genoux, des coudes et de la tête). 


L'idée est venue à Angela de pratiquer ce sport lorsqu'un soir, alors qu'elle regardait la télévision avec son père, elle changeait de chaines en espérant trouver une émission intéressante.  Tombant sur la retransmission d'un match de la LFL (sur MTV) la jeune femme fut impressionnée et se mit à réfléchir tout haut en disant que ce genre d'activité physique semblait épouser ses besoins et ses goûts pour le sport et l'esthétisme (elle est styliste de métier).  Ayant vu son paternel devenir une vedette, Angela cherchait un moyen de l'imiter, et la LFL devenait soudain une voie possible pour y parvenir.  Pourquoi pas ?  Elle avait tous les atouts pour réussir.  Sans oublier, bien sûr, les conseils inestimables de son père.  Bon, au début, Mark, un Canadien d'origine qui a mis fin à sa carrière de joueur en 2002, n'était pas trop chaud à l'idée de voir sa fille jouer au football avec si peu de vêtements sur le corps !  «Mais, après tout», souligne Angela, «je porterais probablement moins de linge si je fréquentais les plages ou si j'étais une cheerleader des Cowboys de Dallas» ...  Le danger pour Mark, c'était peut-être de voir Angela perdre sa petite culotte ou son soutien-gorge comme cela arrive parfois à des joueuses lorsqu'elles sont accrochées par des adversaires qui tentent tant bien que mal de les plaquer "légalement" !


Angela n'est certes pas à l'abri de pareils incidents gênants, mais disons que sa grande mobilité, son sens du football et son athlétisme remarquable limitent cette possibilité qu'une partie intime de son anatomie soit exposée en public !  D'ailleurs, elle n'aime pas du tout être terrassée par l'ennemie.  À son match initial dans la LFL, alors qu'elle s'alignait avec le Mist de Seattle, elle a mal réagi quand elle a été plaquée pour la première fois.  En effet, elle a répliqué immédiatement en donnant un coup de poing à son assaillante avant même que celle-ci ait eu le temps de se relever.  Ce qui lui a valu une punition de 15 verges pour rudesse et conduite anti-sportive.  À peine revenue sur les lignes de côtés après cette série de jeux, Angela eut la surprise de voir son père, descendu des estrades, l'empoigner solidement par les épaulières et lui crier : «si jamais tu refais ça, je vais personnellement aller sur le terrain et te sortir du match !».  Ce que Mark craignait surtout, après cette inconduite de sa fille, c'est que ses adversaires la prennent tout de suite en grippe et lui fassent payer son coup de poing en la frappant encore plus fort, dès qu'elles en auraient l'occasion.  Ainsi, déjà, dès ses débuts, Angela, par sa fougue et la puissance de ses passes méritait son surnom de "Rypien Ripper" !  Mais il n'a pas fallu beaucoup de temps à son père pour oublier que sa fille jouait au football presque nue.  L'aspect football a vite pris le dessus, à ses yeux, comme il le fait d'ailleurs pour une majorité des spectateurs qui assistent aux rencontres de la LFL.  Sur le terrain, les filles ont beau toutes ressembler à des mannequins de "Victoria's Secret", elles ne font pas "dans la dentelle" quand elles s'échangent de vrais coups et se plaquent à qui mieux-mieux.  Les brûlures de "gazon synthétique" qu'elles s'infligent et les cicatrices qui résultent des diverses blessures qu'elles subissent, ne sont pas de la frime.  

Au-delà de l'image sexy qu'elles projettent, ces sportives pratiquent de vraies techniques de football.  Mark Rypien comprend que, pour retenir l'attention, et bien s'établir, la Ligue a besoin de visibilité et de publicité pour durer et réussir.  Pour lui, ce qui compte avant tout c'est que Angela soit heureuse dans ce qu'elle fait : «elle adore ça, elle excelle dans ce sport, ça la garde en forme et en santé», déclare-t-il fièrement.  Il pense même que, s'il y a quelque chose, sa fille est meilleure que lui au football !  «Elle est plus mobile», fait-il remarquer, «plus athlétique, et se sauve du danger.»  Il n'en demeure pas moins que ce danger existe, surtout dans les sports de contact comme le football.  Le risque de blessure est toujours présent.  Les Rypien sont bien placés pour le savoir.  Un cousin de Angela, Ryan Rypien, un ancien joueur de la Ligue Nationale de Hockey, s'est suicidé il y a quelques années, parce qu'il souffrait de dépression nerveuse à la suite des commotions cérébrales subites lorsqu'il pratiquait sa profession.  Ce triste événement inquiète Angela qui croit qu'elle a probablement déjà été aussi victime d'une commotion même si elle n'en connait pas la gravité.  Par surcroît, pour protéger leur tête contre les chocs nombreux qu'implique la pratique de leur sport, les joueuses de la LFL portent des casques...de hockey.  Un facteur peu rassurant...  Les matchs de la LFL sont très éprouvants.  C'est pourquoi leur nombre est limité et que l'on accorde pas mal de temps aux footballeuses pour leur permettre de récupérer physiquement.  D'autant plus que ces battantes ne sont pas payés pour jouer et qu'elles doivent donc travailler pour gagner leur vie à l'extérieur des terrains de football.  Elles disposent de peu de temps pour s'entraîner.  Ce qui n'aide pas leur préparation et les rend encore plus vulnérables aux blessures.  


Parmi les conseils qu'il donne à sa fille, Mark Rypien lui répète souvent de ne pas se préoccuper des critiques parfois très méchantes à son endroit, non seulement de la part de féministes militantes qui l'accusent de nuire à la condition féminine en étant une "femme-objet", mais également de la part de personnes conservatrices ou puritaines qui lui reprochent sa tenue "indécente" en public.  «J'en ai entendues de toutes les sortes», dit la plantureuse footballeuse, «comment je me dévalorise, comment je ternis le nom et la belle réputation que s'est bâtie mon père, comment je manque de respect envers ma famille, etc.».  Elle ne s'en cache pas, en jouant dans la LFL, au lieu de se produire dans d'autres Ligues de football où les filles portent le même genre d'uniforme et d'équipement que les gars, Angela veut profiter de la visibilité que lui donne la télé-diffusion des matchs.  Mais la fille de Mark Rypien le fait aussi parce qu'elle a besoin d'être au coeur de l'action, elle qui a pratiqué plusieurs sports depuis son enfance.  Fille de parents athlètes, elle a besoin de participer intensément à des compétitions de haut niveau et elle apprécie grandement la camaraderie des sports d'équipe.  C'est inscrit dans ses gènes et c'est nécessaire à son bonheur.  Le football est une passion qui exige beaucoup de sacrifices et d'efforts.  Il demande un engagement sans compromis, qui prive ses adeptes, comme Angela, de passer du bon temps avec la famille et les amis.  Certaines joueuses ont des enfants -Angela elle-même est mère célibataire d'un garçon de 5 ans-, ce qui complique encore plus leur "carrière" sportive.  Elles manquent de temps pour polir leurs techniques de jeu et se perfectionner.  Sans compter que leur coach leur rappelle souvent, au nom des politiques de marketing de la LFL, qu'elles doivent soigner leur image et leur apparence en n'oubliant pas de se maquiller convenablement et de se faire bronzer.  

Si Angela sait qu'elle a quelques détracteurs, elle sait aussi qu'elle a beaucoup d'admirateurs.  Ce sont des passionnés de football qui l'encouragent, elle et son équipe.  Ils se déplacent même à l'étranger pour assister aux parties.  Un bon nombre de ces supporteurs aiment également la famille Rypien.


Consciente de sa popularité, de son nom, et de son statut de vedette sexy, utilisés pour faire la promotion de la LFL, Angela demeure prudente.  Même si elle accepte volontiers de signer des autographes ou de se faire prendre en photos avec des admirateurs, elle évite de dire exactement où elle se trouve quand elle communique sur les réseaux sociaux comme TWITTER ou FACEBOOK.  Elle ne veut pas prendre le risque de se retrouver seule avec un gars qui se montrerait trop...entreprenant.  Elle a déjà reçu quelques demandes en mariage de la part d'admirateurs.  Depuis qu'elle est devenue célèbre, Angela apprécie comment son père a su composer lui-même avec cette situation quand il était une étoile du football (nommé deux fois au Pro Bowl), et comment il sait encore aujourd'hui bien réagir face au public et aux gens des médias qui le questionnent au sujet de sa célèbre fille.  Mark Rypien rend le compliment à Angela et il constate qu'à travers tout ce qu'elle a vécu dernièrement, elle a pris beaucoup de maturité.  C'est vrai qu'elle a toujours été un esprit libre et qu'elle a pris ses responsabilités très tôt dans sa vie d'adulte.  Mais Mark est surtout heureux que sa grande fille tienne à redonner à la communauté une partie de ce que celle-ci lui a apportée.  En effet, alors qu'elle jouait pour le club de Seattle, Angela a commencé à prendre la bonne habitude d'apporter son aide à des causes humanitaires comme "Toys for Tots Drive".  C'est tout en son honneur et au grand plaisir de papa !

Depuis l'an dernier, Angela Rypien est l'amoureuse de Taijuan Walker, (photo ci-dessus) un joueur professionnel de baseball des Mariners de Seattle.  Décidément, le sport et les sportifs ont une place plus qu'importante dans sa vie.  Et, qui sait, si la mort prématurée de son fils Andrew a brisé le rêve de Mark Rypien de le voir un jour briller dans la peau d'un pro du sport, peut-être que son petit-fils (le fils de Angela) viendra compenser un peu cette perte en réalisant ce que son oncle défunt n'a pas eu la chance d'accomplir.  Ce ne serait pas surprenant, après tout, car le sport, les Rypien ont ça dans le sang... 

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Thank you for any other great post. Where else could anyone get that kind of information in such an ideal manner of writing?
I have a presentation next week, and I'm on the search for such information.

Anonyme a dit…

Hello! I just want to give you a big thumbs up for your excellent information you have
here on this post. I'll be coming back to your web site for more
soon.

Anonyme a dit…

I am really impressed with your writing skills and also with the layout on your weblog.
Is this a paid theme or did you modify it yourself?

Either way keep up the excellent quality writing, it is rare to
see a nice blog like this one today.

Anonyme a dit…

Hi there it's me, I am also visiting this site regularly, this website is
really good and the viewers are really sharing nice thoughts.

Anonyme a dit…

Heya! I'm at work surfing around your blog from my new iphone 3gs!
Just wanted to say I love reading through your blog and look forward to all
your posts! Keep up the excellent work!